Une étude de l'Observatoire de la Qualité de l'Air Intérieur a démontré que 9 % des logements étudiés révèlent la présence simultanée de 3 à 8 composés chimiques à de très fortes concentrations.

Sachant que nous passons 3/4 de notre temps à l'intérieur de bâtiments, nous subissons donc de nombreux agents polluants, chimiques ou microbiologiques, émis par les matériaux et équipements, par les appareils à combustion et par l’activité humaine.

Depuis les années 1980, de nombreux travaux ont démontré que les plantes ont un rôle notoire à jouer dans la dépollution de nos intérieurs.
Voici expliqué pour vous, le processus de purification de l'air par les plantes

Plant'airpur ©

Puiisque les plantes ont la capacité à épurer l'air, voici les plus efficaces :

l'Aloe vera et le Philodendron éliminent respectivement 90% et 86% du formaldéhyde.
Le Philodendron élimine aussi le pentachlorophénol.
L'Azalée élimine quant à elle l'ammoniac.
Le Chrysanthème élimine le trichloréthylène.
Le Chlorophytum élimine le monoxyde de carbone.
Le Lierre élimine le benzène.
L'Aglaonema neutralise 48 % du benzène et 92 % du toluène.
L'Aracaena marginata> 78 % du benzène et 60 % du formaldéhyde, la Sansevieria 53 % du benzène...

Les spécialistes estiment que l'efficacité maximum est obtenue par un minimum de une plante par 9 m2. La multiplicité des plantes et leur grosseur assurent un résultat proportionnellement plus important. Les plantes peuvent être installées dans toutes les pièces y compris les chambres. En effet, malgré une idée reçue, le rejet en monoxyde de carbone la nuit par les plantes d'intérieur est négligeable en comparaison à la quantité d'oxygène rejetée dans la journée.(Au Jardin Info©)